07 décembre 2016

Saint Jean de Dieu se consolide en Europe

Alors que de nombreuses "ombres" obscurcissent l'actualité de l'Union europénne, l'Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu cherche à consolider toujours plus les liens entre ses provinces du vieux continent.

C'est ce qui est ressorti de la rencontre des référents du bureau Hospitality Europe, les 5 et 6 décembre à Rome. En 4 années d'existence, le bureau de représentation de l'Ordre auprès de l'Union européenne a désormais confirmé son importance et sa notoriété non seulement auprès des institutions européennes, mais aussi en interne, au sein même des provinces de l'Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu et de la Congrégation de sœurs hospitalières du Sacré-Coeur de Jésus en Europe.

Grâce à son directeur basé à Bruxelles, Carlo Galasso, le bureau Hospitality Europe a ainsi permis le financement de plusieurs dizaines de projets entre les établissements des deux institutions, parmi lesquels 36 sont actuellement en cours, dont 17 ont été initiés en 2016. "Notre bureau de Bruxelles est une réalité désormais solide, qui porte de nombreux fruits au service des personnes que nous accueillons, s'est réjoui Frère Jesús Etayo dans son discours d'ouverture des travaux annuels. Il est indispensable de poursuivre ce travail, en étant toujours plus unis les uns les autres. Alors que nous constatons de nombreuses ombres au niveau politique en Europe, nous pouvons, à notre niveau, aider le continent à trouver une nouvelle voie vers l'unité, dans le respect des diversités de chaque culture."

Pour cela, le supérieur général de l'Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu a appelé les religieux et collaborateurs des établissements concernés, présents dans 14 pays européens, à renforcer leurs efforts de collaboration. "Nous avons un potentiel énorme lié à notre savoir humain. Si nous unissons nos efforts, nous en retirerons d'énormes avantages pour notre mission au service de l'hospitalité, pour le bien des personnes que nous accueillons." Pour Frère Jesús, cela passe non seulement par le bénéfice de ce qu'offre l'Union européenne aujourd'hui en terme de financements de projets, mais aussi par le fait de "repenser nos structures, devenues lourdes et pesantes." "Il faut envisager de revoir notre mission, d'avoir une vision d'avenir, sans peur, avec audace. Il ne s'agit plus de parler de telle ou telle province en Europe, mais de l'Ordre dans sa globalité." C'est dans ce sens que devrait aller le prochain Chapitre général, qui doit se tenir en 2019 à Rome, suivant l'exemple du bureau Hospitality Europe et ses nombreux fruits.

Dans son bilan de l'année 2016, Carlo Galasso a cité ces fruits, au travers des projets en cours ou à venir bénéficiant de subventions européennes : le projet DESkTOP (cf encadré ci-dessous) visant à favoriser l'autonomie des personnes handicapées à travers les nouvelles technologies, ou encore le projet ATHLOS qui vise à étudier le processus du vieillissement humain pour élaborer des mesures d'intervention cliniques et sociales adaptées. Parmi les projets à venir, le directeur du bureau Hospitality Europe a par ailleurs cité l'organisation d'un congrès rassemblant toutes les écoles professionnelles de l'Ordre hospitalier en Europe (15 écoles d'infirmiers et d'éducateurs spécialisés), les 6 et 7 avril 2017 à Grenade, ou encore le projet de recherche en psychiatrie sur le lien entre les troubles mentaux et le risque de violence. Le but de ce projet est d'établir des méthodes efficaces pour prévenir des comportements comme celui du pilote de la Germanwings, qui s'est suicidé en emportant tous les passagers de son avion, en mars 2015.

Parmi les priorités d'Hospitality Europe pour 2017, outre le travail permanent de lobbying pour faire valoir les valeurs de l'Ordre auprès des parlementaires européens, Carlo Galasso a souligné sa volonté de soutenir les projets liés au bienfait du sport pour les personnes handicapées, la santé des jeunes ou encore la protection maternelle et infantile. "2016 n'a pas été une année facile pour l'Union européenne avec les attentats de Bruxelles et le Brexit qui a ouvert une blessure au sein de l'Europe, a conclu Carlo Galasso à l'issue des deux jours de travaux. Ce qu'on a vécu va indéniablement avoir des conséquences dans les mois qui viennent, suscitant de nombreuses incertitudes. Mais nos projets sont un beau témoignage de ce que la collaboration sur le terrain entre plusieurs pays, au-delà des considérations politiques, peut apporter comme bienfaits pour les personnes que nous accueillons dans nos établissements."


Encadré : le projet DESkTOP

Parmi les nombreux projets en cours, il en est un qui implique plus spécialement la France, à travers l'établissement Sainte-Germaine (Paris) des Sœurs hospitalières du Sacré-Cœur de Jésus. Il s'agit du projet DESkTOP, qui voit la participation de 14 établissements de l'Ordre hospitalier et des Sœurs hospitalières d'Europe, outre de nombreux partenaires dont la Fondation Vodafone-Espagne. Ayant vu le jour lors d'une rencontre de l'Ordre à Straubing en Allemagne, en 2012, autour de l'inclusion des personnes handicapées, ce projet, à mi-chemin de sa réalisation, a pour objectif de favoriser l'autonomie de ces personnes à travers une application mobile : Mefacilyta Desktop, déjà disponible en version bêta sur Google Apps. Cette application, disponible en 6 langues (dont le français), se veut un guide au quotidien pour les personnes en situation de handicap. Ainsi, chaque utilisateur a la possibilité de consulter et de créer des protocoles sous forme d'image, de textes et de sons, leur facilitant l'apprentissage d'actes de la vie quotidienne : comment se brosser les dents, comment démarrer la machine à laver, comment faire un gâteau... sont quelques-uns des nombreux sujets déjà disponibles aux utilisateurs. A ce jour, 58 éducateurs et 101 personnes handicapées sont impliqués dans l'expérience. Les établissements Saint Jean de Dieu qui le souhaitent peuvent d'ores et déjà se joindre à l'expérience et ainsi améliorer l'application qui devrait être disponible au grand public courant 2017.